Madeira

C’était doux, authentique, incroyablement fort, et totalement fascinant. De Madère, je me souviens de nos promenades dans les rues colorées de Funchal, de son marché, de ses fleurs, de ses gens et de leur gentillesse. J’ai cessé de vouloir maîtriser le temps, envoûtée dans les paysages sauvages de Sao Lourenco, et de ses criques cachées, où nous avons profité, seuls au monde, du soleil embrasant l’océan. J’ai été impressionnée par ces immenses montagnes, ces falaises en dents de scie, et ces forêts verdoyantes. Et quand je repense à toutes ces belles rencontres, à ces instants si particuliers, mon cœur s’apaise.

1/50